Astaria
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Dans un univers médiéval en pleine croissance, le monde a besoin de héros. Qu’il s’agisse de chevaucheurs de dragons, de magiciens ou encore de mercenaires ou de chefs rebelles, incarnez ici, en Astaria, ce que vous n’avez jamais pu vivre auparavant…
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

 

 On revient toujours au bercail.

Aller en bas 
AuteurMessage
Cyanure Allec
Leader des Voleurs
Cyanure Allec

Nombre de messages : 7
Age : 31
Date d'inscription : 06/07/2007

On revient toujours au bercail. Empty
MessageSujet: On revient toujours au bercail.   On revient toujours au bercail. Icon_minitimeDim 8 Juil - 17:16

Cyanure flanait dans les rues d'Astaria en quête de quelques individus à enrôler dans sa guilde. Les membres devenaient des habitués et son autorité devenait simple conformité. Oui, la guilde des voleurs avaient besoin de sang neuf et quoi de mieux qu'une rue malfamée pour repérer de jeunes gens avides de rebellion ?
Sa capuche baissée, son visage était plongé dans l'ombre, seule elle pouvait apercevoir ce qui se présentait devant elle. Presque machinalement, ses jambes la conduisait à travers les ruelles sombres. Elle s'y sentait étrangement bien, à l'aise et elle savait parfaitement que quiconque s'aventurerait ici dans le seul but d'une promenade se retrouvait rapidement sans le sou.
Au bout d'un petit moment, Cyanure leva les yeux et sa gorge se serra quand elle s'aperçut de l'endroit où elle se trouvait. Rabaissant sa capuche, elle tourna légèrement la tête et se retrouva devant une petite chaumière dont la porte semblait sur le point de craquer. Avec le temps elle avait réussi à oublier que la famille Allec vivait dans la ruelle du Coupe-Gorge.
Regardant de chaque côtés de ses épaules, elle attrapa la poignée et la tourna lentement dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. A peine eut-elle fait un quart de tour que la poignée se détacha du bois vermoulu et lui resta dans les mains. Cyanure la lâcha et un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Bien décidée tout de même à entrer, elle posa le bout de ses doigts sur la porte et la poussa délicatement. Rien. La porte était verouillée.
Avec un soupire d'agacement, Cyanure se recula de quelques pas et ouvrit la porte d'un coup de botte au niveau de la poignée. Le bois vola en éclat et la porte s'ouvrit. Un léger nuage de poussière s'éleva du sol et la pièce accueillit une lumière qu'elle n'avait pas du voir depuis longtemps. Le rideau, ou morceau de tissu en lambeaux, qui séparait jadis le salon de la chambre de ses parents se gonfla de l'air provenant de l'extérieur et du souffle de l'ouverture de la porte.
Cyanure posa son regard sur toutes ses choses qui avant la mort de ses parents avaient eu une vie, une utilité. Personne n'avait habité ici depuis des lustres, et qui voudrait y habiter ? D'un pas hésitant, elle posa un pied à l'intérieur de sa maison. L'empreinte de sa chaussure resta tracée au sol dans la poussière. En faisant bien attention à ne rien toucher, Cyanure fit le tour de la pièce sans entrer dans la chambre de ses parents. Elle aperçut dans un petit coin, sa chambre et celle de ses soeurs. Aujourd'hui on aurait tout juste fait la différence entre une chambre et un placard à balais. Dans la cuisine, des casseroles étaient encore posées sur le feu et une assiette attendait d'être remplie. Si elle croyait aux fantômes, Cyanure se serrait presque attendu à voir apparaitre sa mère, habillée d'un tablier, un torchon à la main prête à servir le déjeuner entourée de deux petites filles lui courant autour.
Sa nostalgie ne dura que très peu de temps et elle se rendit vite compte que ses yeux louchaient un peu trop souvent à son goût vers la chambre de ses parents. Exaspérée par son propre manque de volonté, elle retourna sur ses pas et s'arrêta devant le rideau. Elle sortit sa main de sous sa cape et attrapa un pant du rideau qu'elle poussa sur la gauche. Comme elle s'en était doutée, le it n'avait été ni nettoyé, ni refait. Les linges jadis couverts de sang avaient aujurd'hui prit une teinte noirâtre et lel it épousait encore les formes de sa mère qu'on aurait juré voir respirer à cet instant précis.
D'un geste excédé, Cyanure pénétra dans la chambre, s'empara des linges et des draps du lit, ouvrit un tiroir de la comode et les rangea en boule dedans. Observant les moindres détails de la pièce, la jeune fille posa son regard sur la table de nuit où tronait fièrement une tasse grise, anciennement blanche. Cyanure glissa ses doigts dans l'anse et souleva l'objet comme un trophée. En regardant à l'intérieur, elle y vit quelques déchets verdâtres qu'elle n'avait pas besoin d'identifier pour savoir ce que c'était. Instantanément, la main libre de la jeune fille glissa vers sa petite sacoche et ses doigts effleurèrent une petite bouteille verte qu'elle gardait toujours sur elle. Ce geste lui arracha un sourire qu'elle effaca dans la seconde qui suivit.
En sortant de la chambre, elle déposa la tasse dans l'évier et sortit de la maison. Les rayons du soleil lui firent mal au yeux un instant puis elle rabattit sa capuche sur son front. Cyanure se retourna et attrapa la porte qu'elle placarda comme elle le pouvait au mur afin de fermer un tant soit peu son ancienne demeure.
Tout en s'éloignant de la vieille bâtisse, Cyanure pensa qu'un quartier général pour les voleurs ne serait pas du luxe. Et tout en marchant à travers le coupe-gorge, elle tourna la tête vers sa maison et opina de la tête approuvant son idée.
Revenir en haut Aller en bas
http://insidegirl56.skyblog.com
 
On revient toujours au bercail.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astaria :: Cité d'Orval :: Coupe-gorge-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser